Tous savoir sur le hérisson grâce à www.reproductiondesherissons.fr

L’aspect du hérisson

Le eurinaceus europaeus, plus connu sous le nom de hérisson est un animal semi-nocturne chassant la nuit et dormant la journée.

C’est également un excellent grimpeur et nageur. On le reconnaît grâce à ses piquants qui sont en réalité des poils Il ne mesure entre 20 et 30 cm de long et pèse entre 400 et 1800 g.

Nous pouvons l’observer dans les paysage avec des haies, dans les jardins et potages proches des habitations.

Il se trouve partout on l’on peut trouver des feuilles mortes, essentielles à la construction de son nid douillet.

 

Comment se nourrissent les hérissons ?

Les hérissons sont de véritables jardiniers, en effet ils se nourrissent des ravageurs de potager tels que les limaces, les insectes. Il part à la recherche de nourriture en reniflant les sols, sa vue étant très faible il peut compter sur son ouïe et son odorat très développés.

Les hérissons doivent manger suffisamment s’ils veulent survivre l’hiver durant l’hibernation, le premier hiver des bébés hérissons constituent un premier risque de mortalité chez eux.

 

Le mode de reproduction des hérissons

Les hérissons ne vivent pas en couple, mâles et femelles ne se rencontrant que pendant la période des amours afin de s’accoupler. Cette période à lieu de mai à juin, les hérissons se reproduisent dans des parcs ou clairières. Afin de pouvoir copuler sans se piquer, la femelle couche les piquants de son dos vers l’arrière ce qui permet au mâle de pouvoir monter sur son dos. 
Après à copuler, mâle et femelle hérissons se séparent : le mâle part à la recherche d’un autre partenaire, et la femelle retourne chez elle.

Sept semaines plus tard les bébés hérissons, qui sont entre deux et sept petits, viennent au monde aveugles et sans piquants. Ils mesurent environ 6,5 cm et pèse entre 10 et 25 g.

 

Les prédateurs naturels des hérissons

Hormis les voitures et les pesticides et autres dangers dont peut souffrir un hérisson, il y’a aussi ses prédateurs naturels, tels que :

  • Les grands rapaces comme le hibou qui viennent à bout des hérissons à l’aide de leurs becs puissants
  • Le blaireau : à l’aide de ses longues griffes
Les puces, tiques et acarien représentent également un réel danger pour les hérissons qui n’arrive pas à les déloger, ils peuvent entrainer sa mort.

 

L’année 2016 a été catastrophique pour les hérissons.

Une estimation a été faite : Dans les pays d’Europe, depuis les années 1950 le nombre de hérisson est passé d’en moyenne 30 millions à moins d’un millions.

Un climat redoutable pour les hérissons

Selon le centre « Clos de l’Oliver » présent à Jarbisse, environ 300 hérissons ont été traités en 2016, contre 200 environ les précédentes années.
Les causes sont nombreuses, selon Daniel Marlier, le gestionnaire du lieu,  tout d’abord le climat, il n’y a pas eu d’hiver et le printemps a été froid et humide « Généralement, les bébés hérissons naissent à partir du mois de mars mais l’année passée, ils ont commencé très tard et le printemps difficile a entraîné beaucoup de maladies". Les hérissons ont donc été victimes de maladies respiratoire et de bronchite.

Les pesticides ou le grand ennemi des hérissons

Le marché des pesticides représente aujourd’hui 47 milliards d’euros par an, les industriels ne veulent pas s‘en séparer, et refuse de prendre en compte tous les risques qu’engendre les pesticides sur l’environnement.
Les pesticides dont l’utilisation est en constate hausse entraine une contamination des sols, la destruction de population bénéfiques qui sont les ennemi naturel des ravageurs d’exploitation.
Dans ces populations bénéfiques, compte les hérissons qui sont empoissonnés par les pesticides.

De plus en plus d’hérissons victimes de nos routes

Les hérissons constituent la troisième victime du trafic routier, après les batraciens et les renards.
Selon Christian Arthur, président de la SFEPM (société française pour l’étude et la protection des mammifère) c’est 1,8 millions de hérissons tués sur nos routes en France.

Les solutions pour la protection de nos chers hérissons

 

Une pétition circule depuis le mois d’août sur internet afin d’alerter la ministre de l’environnement Ségolène Royale du déclin des hérissons, cette pétition à d’ores et déjà été signée par 60 000 internautes.

L’agroécologie une solution face aux pesticides qui tuent les hérissons

Face à une industrie chimique qui refuse d’avouer les effets néfastes des pesticides sur l’environnement, il y’a une véritable prise de conscience de l’opinion publique.
Le but serait d’informer et de sensibiliser  l’ensemble des populations sur les effets néfastes de c’est produits chimiques et de promouvoir l’agroécologie comme alternative, ce qui entrainerait une véritable baisse de la mortalité chez les hérissons.

Un arrêté qui protège les hérissons

L’arrêté de 1981 contribue à la protection des hérissons, d’après ce traité il est interdit de détruire, capturer, mutiler, enlever ou mettre en vente un hérisson sous peine d’être poursuivi.